Véronique Lalot

"iguazu"
press to zoom
"iguazu"
press to zoom
"iguazu"
press to zoom
"iguazu"
press to zoom
"iguazu"
press to zoom
"iguazu"
press to zoom
"iguazu"
press to zoom
"iguazu"
press to zoom
1/1

Photographier, pour Véronique Lalot, c’est traquer ou provoquer la lumière, la couleur, le mouvement, avec une prédilection pour les activités humaines collectives et anonymes – la ville, la circulation, le chantier, la fête foraine… Certaines séries d’images « blanches » ou « noires » – paysages, brumes, chutes – viennent en contrepoint de cette ligne directrice. Les médias sont variés : photographie noir et blanc, photographie peinte ou démultipliée par des collages et des reliefs, photographie numérique.

Née en 1953, elle vit et travaille à Paris. Premières photos noir et blanc en 1975, pendant ses études à l’École des arts et techniques du théâtre de la rue Blanche. Ensuite et jusqu’en 1999 elle explore diverses techniques : photos-collages, photos-volumes (les sculptographies), photos-peintes (peinture de tirages noirs et blancs avec des encres). Les thèmes sont urbains : les chantiers, les démolitions et les transformations de la ville. Depuis 1999, elle travaille exclusivement en numérique. Elle continue à photographier la ville, ce qui s’y passe (construction, danse, musique, carnaval) mais aussi des paysages en mouvement (chutes d’eau et incendies, tout récemment ).